L'EMI


L’Ecole Mohammadia est une grande école d’ingénieurs sise à Rabat au Maroc. Elle est affiliée à l’Université Mohammed V Agdal et fait donc partie du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Formation des Cadres. Elle est située au Quartier Agdal où elle occupe une superficie totale de 8 hectares. Son entrée principale donne sur l’avenue Ibn Sina et est agrémentée d’une horloge qui fut réalisée dans les années soixante par des élèves de l’Ecole sous la conduite d’un de leurs professeurs. Toujours opérationnelle, elle symbolise la créativité et le savoir-faire des élèves ingénieurs de l’EMI.

SNC10270

 

La pierre inaugurale de l’EMI fut posée par Feu sa Majesté Feu Mohamed V le 23 Octobre 1959 soit trois années seulement après l’indépendance. Sa majesté avait, dans sa grande perspicacité, décidé cette création afin de doter le Maroc, très tôt, d’ingénieurs de haut niveau pour asseoir le développement économique marocain et particulièrement celui du secteur industriel qui était alors embryonnaire et demandait des cadres techniques pour en accompagner la naissance et la progression. Quatre filières principales de formation furent alors mises en place : Génie Civil, Génie Minéral, Génie Electrique et Génie Mécanique. Quatre autres filières furent lancées plus tard : Génie des Procédés, Génie Industriel, Génie Informatique et enfin Modélisation et Informatique Scientifique.

 

SNC10228

 

La première promotion de lauréats sortit en 1964 et comptait alors 34 ingénieurs. Depuis, l’EMI a formé jusqu’en Juillet 2012 plus de 7400 lauréats dans différents domaines de l’Ingénierie ; lauréats ayant contribué de façon déterminante au développement de l’Economie marocaine dans toutes ses composantes. Ces ingénieurs sont regroupés au sein de leur association : l’AIEM (Association des Ingénieurs de l’EMI) la plus forte au Maroc car la plus ancienne et celle qui compte le plus de membres.

L’EMI est une école d’ingénieurs généralistes bien qu’elle propose 9 filières et 20 options différentes. Ce choix stratégique a été adopté pour mieux répondre aux besoins du milieu socioéconomique qui se portent de plus en plus sur des profils généralistes, donc polyvalents, performants et capables de mobilité et d’adaptation à différentes situations et à différentes fonctions. Pour permettre la genèse d’un tel profil généraliste, l’EMI propose à ses étudiants un fort socle commun de formation aux sciences et techniques de l’ingénieur quelle que soit la filière choisie. Elle leur propose aussi une formation aussi transversale que verticale donc plus riche faisant jouer les synergies créatives entre différents domaines et entre différentes méthodes et outils. Les traits fondamentaux de la formation à l’EMI sont :

  • la pertinence
  • l’excellence
  • la créativité
  • la polyvalence
  • l’endurance

Il est incontestable que la force de l’EMI, qui la distingue particulièrement, réside dans la qualité de la formation qu’elle propose à ses élèves ; une formation de très haut niveau scientifique et technique, intégrant des composantes fortes en management et communication ; une formation très pratique, polydisciplinaire, axée sur la créativité, favorisant la polyvalence et la mobilité. Une formation ouverte sur le monde socioéconomique dont elle satisfait pleinement les exigences. Une formation ouverte aussi sur l’international par le grand nombre de conventions liant l’EMI à plus de 50 établissements de France, de Belgique, du Canada, d’Espagne et d’Italie. L’EMI se distingue aussi très nettement par une recherche appliquée pertinente et de très haut niveau, innovante et enrichie par les nombreuses coopérations de l’Ecole sur les plans national et international ; une recherche fortement ancrée dans la réalité industrielle de notre pays, mais soucieuse aussi de se conformer aux standards internationaux de qualité.

Dans le cadre de ses structures de recherche, les enseignants et leurs doctorants (près de 500 en 2013) mènent une recherche de bonne facture très productive en matière de communications et de publications dans les journaux aussi bien nationaux qu’internationaux. Cette recherche vise, en premier lieu, le développement de savoirs et de savoirs faire innovants particulièrement en relation avec le milieu socioéconomique mais elle sert aussi à enrichir la formation pratiquée par nos enseignants car on ne peut envisager une formation de très haut niveau sans recherche concomitante. En effet, en absence de la recherche, la formation serait en rupture avec le développement du savoir et de la technologie universels.

Par ailleurs, sur un autre plan, il convient de préciser que, depuis l’année 1981, les étudiants de l’EMI suivent en plus de leur formation d’ingénieur, une instruction militaire leur permettant, à leur sortie de l’Ecole d’être des sous-lieutenants de réserve.